La Truffe, une production à promouvoir !

 

 

L’Association de la Truffe Côte d’Orienne vous propose de découvrir la Truffe d’automne et de contribuer à son développement.

*****

Flash info COVID-19

La FFT a fait les démarches auprès du Ministère de l’Agriculture qui lui même a saisi le Ministre de l’Intérieur.

Il en ressort les directives suivantes pour l’instant  :

  1. Chaque trufficulteur est gestionnaire de ses déplacements et que le site de l’APCA (Association des Chambres d’Agriculture) répond à leur question.
  2. La FFT précise qu’il faut remplir l’ATTESTATION DE DEPLACEMENT DEROGATOIRE à chaque mouvement :
       – avoir rempli la fiche « Justificatif de déplacement professionnel ».
  3. Il est conseillé d’avoir sur soi son extrait KBIS, son n° SIRET, l’inscription au registre agricole ainsi que sa carte d’adhérent au syndicat ou à l’association de trufficulteurs du département.

La mise en place d’une « instruction technique »‘ propre à la trufficulture et couvrant tous les statuts de trufficulteurs, similaire à celle de l’apiculture, a été
demandée vendredi au Ministère de l’Agriculture?
La FFT est en attente de réponse. »

 

POUR LES TRUFFICULTEURS NON PROFESSIONNELS :

Le Ministre de l’Agriculture par l’intermédiaire de la FFT vient de se positionner sur les déplacements des trufficulteurs amateurs pour l’entretien de leur truffière :

« Les règles s’appliquant aux trufficulteurs non professionnels sont les mêmes que celles s’appliquant aux jardiniers amateurs. »
 
La cellule Covid19 interministérielle a décidé que l’accès aux jardins ouvriers rentrait dans le champ du déplacement autorisé 1 heure/jour à moins d’1 km, dès lors que ces deux conditions sont remplies. 
 
Il n’est pas envisagé de revenir sur cette décision à ce stade.

Toutefois,  Il semble que les Préfets aient une certaine latitude d’appréciation sur les différentes mesures en fonction de la situation locale.

Par ailleurs et pour mémoire voici  les coordonnées de la page du site de la MSA donnant les indications sur

 ***

 

 

« L’excellence des truffes récoltées ne doit pas faire oublier le travail attentif, patient et continu des trufficulteurs : de la préparation des truffières au temps de la récolte, des années de labeur sont nécessaire une fois laplantation réalisée, pour entretenir le sol, les arbustes, apporter parfois l’eau nécessaire. La truffe récoltée est aussi le fruit d’un long travail attentif. Grâce aux nombreuses avancées permises par le protocole conclu avec l’Etat en 2007 puis avec les régions, les récoltes devraient croître peu à peu pour laplus grande satisfaction des gastronomes. « 

Jean-Charles SAVIGNAC, président de la Fédération Française des Trufficulteurs